Mobilité

Nos objectifs

Pour des raisons d'épuisement et de non prolongement des subventions, la Centrale de la mobilité a du mettre en suspens ses activités. Aucun chargé de mission Mobilité n'est actuellement en charge de ce projet au sein du GAL Culturalité. Néanmoins, les informations relatives aux projets, analyses et résultats développées ci-dessous demeurent présentes sur notre site pour votre bonne infomation.

La centrale de mobilité de la Hesbaye brabançonne (CMHB) a été créée pour favoriser le développement des alternatives à l'usage unique de l'automobile dans l'Est du Brabant wallon.
La mobilité touche chacun d'entre nous et toutes les activités de notre société. Singulièrement, la mobilité des populations fragilisées (PMR, demandeurs d'emplois, faibles revenus, isolés, seniors) doit être renforcée.
Par un travail de promotion et de sensibilisation, la CMHB initie un recours plus intense de la population aux déplacements en transports en commun, pédestres et cyclistes.
Une réflexion doit également être apportée sur l'emploi boulimique de la voiture personnelle au travers des solutions de covoiturage, de partage de véhicules et d'usage raisonné de ce mode de transport.
Plusieurs lignes de force guident dès lors le travail de la Centrale de mobilité:

  • Informer sur les initiatives de mobilité intéressantes à reproduire;
  • Mettre en œuvre des liaisons inter-villages et d'un réseau points-nœuds
  • Promouvoir le covoiturage et le groupement de transport;
  • Favoriser les alternatives dans les déplacements scolaires;

 

Nos actions

Adapter des initiatives pertinentes au territoire de la Hesbaye branbançonne

Partout dans le monde, la mobilité des personnes suscite de nouvelles initiatives.

Augmentation du prix des énergies, conscience environnementale et simple logique de consommation poussent des ménages, des collectivités et des entreprises vers de nouvelles façons de se déplacer.

La Centrale de mobilité est à l'écoute de ces initiatives et participe à l'émergence de ces nouvelles idées au sein de notre territoire en les communiquant régulièrement à ses partenaires.

  • Dispositif d’accès à la mobilité du type de DAMIER en Province de Luxembourg: Damier coordonne une série de projets et d'acteurs de terrain. Damier œuvre pour l'accès à la mobilité (et à l'emploi) des personnes les moins favorisées. La mobilité n'est pas qu'une question de véhicules mais surtout une question de développement personnel. Etre à même de se prendre en charge nécessite souvent un long travail envers des personnes fortement éloignée de l'emploi. Le Brabant est ne déroge pas à la règle et la proximité de plusieurs bassins d'emploi (Bruxelles, Namur, Liège, Leuven) n'implique pas pour autant que la mobilité des moins favorisés en est simplifiée. C'est pourquoi la Centrale de mobilité œuvre à réunir tant les acteurs de la formation et de l'emploi pour que la mobilité soit aussi un des éléments clef de parcours vers l'emploi.
  • L'émergence de propositions nouvelles ou remise au goût du jour de (re)mettre en place des lignes de chemin de fer ou de train léger (Transbrabançonne)
  • Informer le public sur la travail prospectif du plan provincial de mobilité
  • FAM (acronyme de fiche d'accessibilité multimodale). Encore une idée excellente qui vise à doter chaque entreprise, association ou institution d'un plan de situation pour permettre à tous leurs visiteurs de trouver les meilleures solutions de déplacement (train, voiture, vélo, marche). Mis en place et soutenue par la Wallonie, le projet FAM évolue constament et s'est doté d'outils web très prometteurs.
  • Réflexion sur la création d'un atelier de mécanique vélo à Jodoigne. Faisant suite à l'action "Un vélo sympa servira 2 fois", nous avons constaté que les structures souhaitant accueillir les vélos ne disposaient pas de techniciens capables de réparer les byciclettes. De là à imaginer la création d'un atelier vélo à Jodoigne pouvant déservir tant les communes que les écoles ou les CPAS, il n'y avait qu'un pas à faire. Et nous le faisons. :-)

Liaisons inter-villages et réseau points-nœuds

Un maillage de liaisons intercommunales a été établi sur le territoire en collaboration avec les communes et les associations cyclistes.

Ces liaisons s'intègrent dans le schéma cyclable wallon et dans les perspectives du plan provincial de mobilité.

Aujourd'hui, de nombreux projets d'aménagements et de signalisation sont subsidiés et vont permettre d'étabir un réseau de voies lentes soutenu par un maillage de points-nœuds.

Nos communes bénéficient d’un exceptionnel réseau de chemins de terre, pavés, ou de béton (remembrement). Déjà, un très vaste projet d’état des lieux avait été effectué lors de la programmation Leader+ (voir l’article) qui avait abouti à la création d’une série de très belles promenades par l'asbl Crabe (voir le site) et de liaisons cyclistes inter-villages mises en place par chaque commune du canton.

Aujourd’hui, il s’agit de voir plus loin et de proposer un maillage pertinent de voies de liaisons intercommunales.

Quelles sont ces liaisons ?

Il est essentiel de préciser qu'un réseau repose sur des voiries praticables et balisées. Rendre les voiries praticables (chemins, sentiers, …) exige un effort budgétaire extrêmement important et définir une liaison implique une vision à long terme sur l'usage de ladite voirie. Ce qui est présenté ici est donc un grand projet soumis à de fortes contraintes de temps, de budgets et d'espace. Ce projet est dans une phase     d'évolution constante.

Pour imaginer des liaisons, nous travaillons avec plusieurs principes:

  • permettre à des cyclistes de relier de façon sécurisée les pôles d’habitats et d’activités économiques distant de plus de 5 km en leur permettant de rejoindre les transports publics et les infrastructures routières principales.
  • les liaisons s’envisagent dans le cadre d’un déplacement utilitaire fort orienté sur l’accès à l’emploi, mais cette vision des choses doit aussi mettre en perspective des déplacements de loisir ou des déplacements culturels tout en offrant une panoplie de projets touristiques cyclables.

Un gros travail de concertation avec les entités communales, les conseillers en mobilité et les associations cyclistes ainsi qu’une analyse des PCM, PICM et PPM (Plan provincial de mobilité), a permis de dégager un ensemble de propositions qu’il faut maintenant valider auprès de chaque opérateur. Ensuite viendra la question de budgets et donc des aménagements possibles de certains tronçons.

La carte ci-dessous présente une synthèse des propositions de liaisons.

Cartographie de l'ensemble des liaisons inercommunales hesbaye branbançonne

- Lien vers la dernière mise à jour de la carte haute définition (PDF 3.9 Mb)

 

Et le réseau point-nœuds (PN) ?

L’association Rando Vélo fait un travail remarquable sur les liaisons vélo. Une part du travail de cette association dynamique est de donner l’accès à un système de balisage cyclo déjà fort prisé dans le nord de l’Europe : le système des points-nœuds. Toute l’info est disponible sur ce type de réseau est disponible sur le site www.randovelo.be ou chez Provelo .

La superposition des tronçons PN de Rando Vélo et du projet de liaisons du GAL Culturalité montre d’importantes similitudes. Dès lors, pourquoi ne pas augmenter la valeur des liaisons du GAL Culturalité par l'implentation des PN sur notre territoire? C’est une proposition que nous associons intimement à notre projet et qui commence à être validée auprès des communes.

Ou en est le projet ?

En collaboration avec la CMHB, Randovelo a présenté son projet de réseau points-nœuds (PN) à la province du Brabant wallon.

Le projet PN a plus que séduit et un budget provincial de 70.000€ a été alloué à sa réalisation. Actuellement, d'une part la phase administrative est en cours auprès de la province et nous entamons la validation du projet auprès de chaque commune. D'autre part, un énorme travail de cartographie est en cours et suscite un intense travail de relevé et de vérification sur le terrain.

En principe, dans quelques mois, les premiers poteaux PN seront implantés sur différents tronçons. Tout le projet doit être phasé pour permettre aux communes de réaliser les travaux, d'aménager les tronçons et d'étendre progressivement le réseau aux tronçons répondant aux exigences souhaitées.

Parallèlement à la pose des poteaux, une carte du réseau devrait être mise à la disposition des usagers.

 

Développer l'usage du covoiturage

Particuliers et entreprises proposent de plus en plus de se déplacer avec de solutions de covoiturage.

Sur le territoire, nous optés pour l'installation du réseau VAP (Voitures à plusieurs) pour sa simplicité et sa convivialité.

Cependant, nous soutenons toutes les initiatives de covoiturage dont Taxistop, Bip-Bip, Djengo, … et nous les encourageons.

Au programme, les VAP et le projet wallon de covoiturage dynamique !

 

Qu'est-ce que le VAP ?

 

 

VAP est un système de covoiturage basé sur le principe de l'autostop. Un piéton "vappeur" tend le pouce au bord de la route et un automobiliste "vappeur" le dépose au mieux des souhaits de chacun. Développé sur l'ensemble du Brabant wallon, le réseau VAP fait aussi des émules en France, en Italie et, bien sûr, en Belgique. Repris sous d'autres dénominations (Covoit'stop, RezoPouce, …) le concept est extrêmement simple et peut rencontrer les besoins de chacun. Qui fera plus simple comme système de covoiturage ?

Le VAP en Hesbaye brabançonne

Dans le réseau VAP, chaque commune sert d'antenne locale pour les membres. La CMHB est l'antenne locale pour les 6 communes du GAL. C'est auprès de votre antenne locale que vous pouvez vous inscrire et soumettre toutes vos questions et demandes.

Chez nous, le réseau dispose de 35 points d'arrêts sélectionnés selon des critères précis:

  • le stoppeur est bien visible par les automobilistes
  • l'automobiliste dispose d'une distance d'arrêt et de redémarage suffisante pour assurer la sécurité de la manœuvre;
  • l'arrêt est à proximité d'une zone de services (magasin, pharmacie, …)
  • il existe un contrôle social naturel (proximité de commerces ou lieu de passage fréquenté);

Plus de 200 personnes sont déjà affiliées au réseau VAP et confirment que la convivialité est toujours de mise en BW est !

cartographie VAP en brabant wallon est - Jodoigne

Inscription:

L'inscription (gratuite) peut se faire de 2 façons:

  • soit directement sur le site internet de l'asbl VAP (www.vap-vap.be dans l'onglet "inscription")
  • soit en complétant un dépliant VAP disponible dans les maisons communales et certaines boulangeries.

Dépliant VAP Jodoigne - recto

Dépliant VAP Canton de Jodoigne - verso

L'inscription au VAP est gratuite depuis mars 2012 ! :-)

Télécharger le dépliant par ICI.

 

Promouvoir les systèmes de taxis collectifs et de taxis sociaux

Dans nos belles communes cohabitent plusieurs systèmes d'aide à la mobilité des personnes valides ou moins valides. Des services d'aide au transport (pour les achats alimentaires, les visites médicales, …) sont connus et reconnus pour leur utilité remarquable et incontestable (Autophone, Taxis-sociaux, Taxi-Caddie, …). Cependant, ces diférentes offres sont stratifiées et parfois sans relations entre elles. Emanant de plusieurs sources (privées, communales ou CPAS) leurs statuts et modes de fonctionnement imposent des limites et des contraintes (personnel bénévole ou rétribué, limite de déplacements, zone de chalandise, statut des demandeurs, …) qui freinent un déployement plus général de l'offre et donc une opportunité locale d'alternative de mobilité. En somme, il nous semble qu'une belle occasion de déployement d'une offre de services est possible!

Imaginez … Catherine et Sylvain ont 2 enfants en bas âge et une rutilante voiture … en panne. Pour se rendre à leur travail, nos jeunes parents se débrouillent mais le problème majeur consiste à déposer les enfants chez les grand-parents avant le travail et les récupérer ensuite. Arriver quelques jours en retard passe encore, mais les frais de réparation du véhicule étant élevés, il va falloir patienter un peu pour les réaliser. Cela risque de coincer rapidement! La situation est complexe et pourtant très courante (changez les noms et les circonstances pour recréer des situations proches de chez vous), et c'est là qu'un service de transport local et ouvert pourrait être particulièrement pertinent. Catherine téléphone au service MobiloDépanne (nom inventé pour la circonstance) et très rapidement une solution est trouvée: on vient la prendre à 7h30 à son domicile avec les enfants. Les petits sont déposés chez les grand-parents (qui eux-mêmes les déposeront à l'école) et Catherine est ensuite conduite à l'arrêt de bus le plus proche pour lui permettre de poursuivre sa journée. Au soir, c'est Sylvain qui est attendu à sa descente de bus pour récupérer les enfants et être ramené à la maison.

Aujourd'hui cette histoire avec son dénouement imaginaire est totalement impossible car ni Catherine ni Sylvain ne sont allocataires sociaux, pensionnés et que de toute façon la prise en charge d'enfants pour ce type de transport n'existe pas. Or, ces solutions existent dans d'autres coins de la Belgique. pourquoi pas chez nous ?

La Centrale de mobilité veut travailler sur cette problématique et tenter de rapprocher des solutions existante pour in fine offrir à la population des solutions de mobilité multiples et diverses.

A partir de septembre 2012:

  • Contact avec les organisations pratiquant déjà une offre de services élargie (Locomobile, MobiService, …)
  • Présentation de ces solutions aux acteurs de la Hesbaye brabançonne
  • Proposition d'extension de services et des modalités de fonctionnement

 

Déplacements scolaires

Le travail de la Centrale de mobilité a été depuis sa création  de promouvoir systématiquement le covoiturage et les modes doux de déplacement dans les écoles de la zone ou pour des déplacements vers des pôles scolaires environnants.

Quels sont les flux de transport engendrés par les déplacements scolaires et comment les améliorer ?

Une large enquête sur la mobilité scolaire effectuée par le SPW en 2011 a compilé l'ensemble des déplacements effectués pour les écoles du canton de Jodoigne.

Voici le résumé des résultats de l’enquête « Mobilité scolaire » menée par le Service public de Wallonie.

Il ressort de cette enquête que la majorité des déplacements se font en voiture, engendrant son lot de nuisances (embouteillages, congestion autour des écoles). La majorité des déplacements en voiture sont effectués pour l'enseignement primaire (78%) et que ce taux chute à 29% dans le secondaire donnant plus de place aux transports par bus. La part des autres modes de transport passe sous les 10% (marche 10,62%, bus 3,44% et vélo 2,26%) dans le primaire pour se différentier au secondaire (bus 45,95%, marche 14,40%, vélo 0,12%).

L'autonomie de la mobilité se gagne avec l'avancée en âge des enfants. Les chiffres statistiques en sont le reflet. Pourtant, il nous a paru plus que nécessaire de proposer des alternatives en présentant des actions gagnantes menées ailleurs dans le BW lors d'une soirée d'information à laquelle étaient conviés parents, enseignants, directions, politiques et acteurs de la mobilité.(résumé de la présentation - Le Soir.be - 27 janvier 2011).

De toutes les interventions, rencontres et discussions il ressort plusieurs choses:

  • les directions scolaires n'ont pas le temps d'initier des projets de mobilité;
  • les projets de mobilité scolaire douce exigent souvent un encadrement important, point noir de tous ces projets;
  • les projets d'animations scolaires autour de la mobilité doivent être soutenus au sein de l'école et sur un long terme que seules des initiatives subsidiées peuvent garantir (Provelo - Brevet cycliste) ou que des projets d'école (ex: ISO14001) ou communaux (Rangs-vélo de Perwez ou d'Incourt) peuvent maintenir sur le long terme;
  • pour les parents, il existe trop de contraintes de temps et de distance (voire de météo) qui les dissuadent de changer leurs habitudes;
  • le peu d'infrastructures de mobilité douce sécurisée et la présence de voies rapides sur le trajet des écoles dissuadent les parents de laisser les enfants partir en vélo;
  • beaucoup de parents organisent naturellement du covoiturage et de l'entraide pour les déplacements scolaires (ce constat varie fort quant il s'agit d'activités extra-scolaires);

Faute de répondant ou de moyens structurels pour soutenir des initiatives, cette démarche de la Centrale de mobilité a été mise en attente. Puisqu'un frein important se situe autour de la sécurité des enfants dans les cheminements vers l'école, il est plus judicieux de travailler prioritairement sur l'établissement de cheminements doux sécurisés.

 

 

Nos services

Aide au développement de projets

A la demande de communes et d'autres acteurs, la Centrale de mobilité apporte son aide dans la réflexion sur la mobilité du territoire

  • Comité de suivi pour des plans intercommunaux de mobilité (PICM Lincent, Orp-Jauche, Ramillies, Hélecine);
  • Comité du suivi de projets de liaisons pédestres (Incourt - Crédit d'impulsion)
  • Conseil consultatif provincial de la Mobilité en Brabant wallon

La Centrale de mobilité apporte également son aide au soutien de projets intercommunaux:

Promotion d'alternatives de mobilité

La centrale mobilise ses forces sur le terrain:

  • depuis 2009, participation à l'Incrock festival (Stand mobilité - Covoiturage)
  • journées mobilité
  • formation à la mobilité pour demandeurs d'emploi (personalisées, en groupe, …)
  • interventions mobilité (SEL, initiatives communales, …)
  • accompagnement Brevet Cycliste (Provelo)
  • soutien à des initiatives de mobilité

Stand mobilité Incrock Festival 2012Stand mobilité covoiturage incrock 2010Jodoigne - Journée Mobilité Septembre 2011Cycles du terroir - provelo - 2011